Coup de matraque sur les doigts. Tiens, comme quand j’étais gosse, chacun a la Madeleine de Proust qu’il mérite. Christian Brissart
Plus de citations...
Home page > Lectures > Nouvelles > Richard Palachak > Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits : 91-92-93

Richard Palachak

Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits : 91-92-93

Tuesday 3 July 2018, by Blackout

Photo de Simon Woolf

Pour le livre de Richard Palachak, "Kalache", c’est par ici : KALACHE

Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits : 91

 
On est seuls comme des cons, devant une porte blindée au beau milieu d’une zone industrielle pourrie, entre l’usine Peugeot et le centre-ville. On transpire comme deux putains dans une église, engoncés dans nos costards de four en plein cagnard aoûtien. Vingt-trois heures et pas de client à l’horizon. Tous les piafs de la nuit se réunissent au « Down », le bar branché du secteur, où l’on trouve le nécessaire de survie du corbac écervelé : la terrasse d’été, le Clanpin-Cambel-Cola pour débile heureux, puis quelques dindes à farce... à farce uniquement. Le cafeton ferme à deux heures, et c’est là que la ribambelle de décérébrés débarque chez nous, au Jet7. Et le rush de se prolonger jusqu’à trois heures du mat’ au max, après ne reste plus que des marginaux, des pochards en tout genre, des racailles qui se tirent sur la longe ou des « gangs » de village férus de fights à la hooligan. En bref, peu de clients valables, mais beaucoup d’emmerdeurs.
 

Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits : 92

 
- C’était trop exposé pour un business de lupanar. On te voyait venir à trois kil’. En plus, comme il s’agissait d’un grand immeuble, t’avais tous le voisins qui remouchaient le défilé des clients, par les balcons, par les fenêtres ou par les judas. Puis t’avais les vieux d’en face... Un business aussi pourri n’aurait pas tenu trois jours avant la rafle.
- Et tu t’es pas méfié, Kalache ? Avec ton expérience...
- Bien sûr que si, Felicio. C’est ce que je suis en train de t’expliquer, couillon. D’ordinaire, on trouve ce type d’appart en plein centre-ville, dans les artères principales, les petites rues piétonnes ou les quartiers touristiques, là où ça fourmille de monde à longueur de journée. Dans la piétaille urbaine, t’es qu’un insecte parmi des milliers d’autres, et tu t’engouffres dans une cage d’escalier ni
vu ni connu. Personne ne fait la différence entre un honnête homme et une raclure
de chiotte.
- Moi je trouve qu’y faut des couilles.
- Pourquoi ?
- Ben pour exposer ainsi sa vie.
- Non Felicio, la connerie suffit. Crois-en mon expérience.
 

Fragments de Nuit, inutiles et mal écrits : 93

 
- Ça pue le guet-apens, je sais. Malgré tout, je me gare devant la porte d’entrée de l’immeuble, je sors de ma caisse et largue un mess à la toupie.
- Bullshit...
- Elle me répond un truc du genre : "Attends moi en bas, chéri, je finis de me préparer. J’en ai pour 5 minutes". Sauf que poireauter devant l’interphone, ça me gonfle sérieusement. Mais y a pas le choix, faut que j’écope... encore et encore... et toujours rien, mis à part une corneille qui se met à croasser sur la branche d’un cerisier.
- Chez les vieux d’en face ?
- Ouais, le corbac hurle à trois reprises, en me fixant dans le blanc des yeux.
- N’importe nawak ! Haha !
- Je te le jure, Felicio ! Il braille, me mate et s’envole. Flap flap...
- Arrête de te chier de moi, Kalache !
- Écoute putain ! Moi j’prends ça comme un avertissement. Je saute dans ma poubelle et recule d’une bonne centaine de mètres, jusqu’à l’accès du grand parking gravillonné de la résidence. Ça pue, que je me répète en continu, ça pue la pute à sa mère la putain !
- Chuis d’accord, Kalache. Elle pue ton histoire.
- La putain de sa mère la pute qu’elle pue, oui !
- Putain !

Bookmark and Share

© Black-out

SPIP | | Site Map | Contactez-nous | Follow-up of the site's activity RSS 2.0
Conditions générales de vente | Black-out, tous droits réservés

logo region Limousin            logo crl